L’aérobie (détaillé)

Introduction:

Je me permet de rappeler que nous avons précisément 5 articles sur les filières énergétiques: un qui les présente simplement, 3 détaillés sur chacune des filières, et un article qui sert à la fois d’introduction et de conclusion aux trois précédents. Ce type d’article étant assez compliqué à lire et à comprendre, nous vous conseillons de commencer par lire l’article « simplifié », puis celui qui sert d’introduction et de conclusion. Grâce à cela, comprendre les trois autres articles sera plus facile. Si vous maitrisez déjà un peu le sujet, alors vous n’êtes pas obligé de lire l’article « simplifié », car il est peu précis, et donc facilement critiquable !

Pour terminer, je tiens aussi à préciser que pour les 4 articles détaillés, nous nous sommes beaucoup inspiré du livre La bible de la préparation physique, de Didier Reiss et Pascal Prévost. Nous le recommandons !

1540-1

L’aérobie

Le terme aérobie signifie souvent qu’il y a utilisation de l’oxygène dans une réaction chimique. Cette filière puise dans les glucides ou les lipides (selon l’intensité de l’effort) pour produire de l’ATP. A partir du glucose, la réaction est la suivante: C6H12O6+ADP+Pi+O2=>H2O+6CO2+ATP

Ce bilan n’explique en rien les réactions chimiques qui se déroulent. Donc, en voici les étapes:

1)  Le pyruvate (issu de la glycolyse) entre dans la mitochondrie (cette dernière peut aussi utiliser des lipides comme source d’énergie)

img079

Source: La bible de la préparation physique

2) Le pyruvate devient de l’acéthyl-coenzyme A afin de commencer une série de réactions, nommé cycle de Krebs. Ce passage forme du CO2.

img080

Source: La bible de la préparation physique

3) L’acéthyl-coenzyme A entre dans le cycle de Krebs et une série de 8 réactions chimiques commence afin de créer des molécules riches en énergie, mais aussi des déchets (CO2 et H20)

4) Idée reçue: Le dioxygène (O2) arrivant dans les poumons est transformé en dioxyde de carbone (CO2) dans nos cellules. C’est faux, le CO2 que nous rejetons dans le système ventilatoire provient à la fois des réactions permettant le passage du pyruvate en acéthyl-coenzyme A et du cycle de Krebs. Donc, le dioxygène ne se transforme pas en dioxyde de carbone !

5) Au final, le dioxygène n’intervient qu’à la fin du processus: il récupère les ions H+ avec leurs électrons pour former de l’eau et resynthétiser de l’ATP. 2 ions H+ avec un demi O2 (donc un atome d’oxygène), ça forme de l’H20, donc de l’eau ! Eh oui, l’O2 inhalé ne devient pas du CO2 mais de l’eau en devanant l’ultime accepteur d’ions H+ limitant ainsi l’acidose métabolique.

img081

Vue d’ensemble des réactions intra-mitochondriales. Source: La bible de la préparation physique

Synthèse

Le pyruvate (issu de la glycolyse) entre dans la mitochondrie de la cellule, subit une décarboxylation (libérant du CO2) et devient un nouveau produit: l’acétyle. Ce dernier se lie au coenzyme-A, pour former de l’acéthyl-coenzyme A, seul produit pouvant être utiliser pour commencer la première étape du cycle de Krebs.

Lors du cycle de Krebs, une série de réactions chimiques vont libérer de l’énergie sous forme de produit comme le NADH, FADH et l’ATP.

Le NADH et FADH sont riches en énergie mais celle-ci n’est pas directement utilisable par la cellule (pour rappel, seul l’ATP peut être utilisée). Ils vont donc libérer leur énergie via la chaîne de transporteurs des électrons (CTE) ou chaîne respiratoire. L’oxygène n’intervient que dans cette étape afin d’accepter les ions H+ pour former de l’eau et éviter de créer de l’acidité dans la cellule. C’est dans la CTE que la majeure partie de l’ATP sera formée au seins de la mitochondrie. Les déchets des réactions aérobies sont donc le dioxyde de carbone et de l’eau.

L’énergie finale de l’aérobie sert à resynthétiser la phosphorylcréatine (utile pour l’anaérobie alactique) et ainsi renouveler l’ATP rapidement.

Les trois filières paraissent très différentes dans la vision qui en est proposée, mais ne le sont pas réelement. Elles peuvent fonctionner brièvement de manière dominante mais seront limitées par le fonctionnement des autres.

L’ATP produit par la phosphorylation oxydative dans la mitochondrie ne quitte pas cette structure. L’énergie qu’il contient est transférée à l’extérieur via la créatine disponible dans le muscle pour reformer la phosphorylcréatine. Ainsi, plus le système lié au transport de l’oxygène fonctionne, plus la phosphorylcréatine sera renouvelée, et plus vite le sportif récupérera. Conseil: lors de vos entrainements de force ou d’explosivité, pratiquez donc une récupération active, cela permettra de resynthétiser la phosphorylcréatine plus rapidement.

Bilan de l’aérobie

-un délai d’intervention tardif, efficace à partir de 2-3 minutes

-une puissance moyenne en comparaison des deux autres systèmes

-puissance: 4 à 8 minutes (moyenne 6 minutes, d’ou le test de VMA qui consiste à courir 6 minutes)

-capacité: dépend du VO2max

-31 ou 29,5 ATP produits par la réaction

-facteur limitant: épuisement des réserves ainsi que des enzymes du cycle de Krebs. (même si les réserves de graisses sont quasiment inépuisables, un être humain peut tenir 3 mois sans manger…)

img083

Représentation synthétique du métabolisme musculaire. Source: La bible de la préparation physique

Et voilà, maintenant que vous avez lu nos 3 articles « détaillés », vous devriez globalement comprendre la photo ci-dessus !

En conclusion de tous nos articles sur les filières énergétiques…

…Une photo suffira !

img090

Version simpliste des réactions métaboliques. Source : La bible de la préparation physique

Vous en avez maintenant fini avec nos articles sur les filières énergétiques ! J’espère qu’ils ont été compréhensibles, et qu’ils vous ont plu ! Surtout, n’hésitez pas à nous questionner ou à nous faire des remarques si besoin, en publiant un commentaire ou en nous sollicitant sur notre page Facebook ! Nous avons besoin de votre avis pour améliorer ces articles ! Merci 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *